Comment l’obligation d’aimer tue l’Amour ?

L’incohérence des discours

Trêve de belles évocations  en souffle  qui vient si souvent redynamiser nos relations, c’est l’obligation d’aimer qui nous assourdit dans les discours religieux et dans toutes ces publications notre société laïque aujourd’hui.

A commencer par les 10 commandements bien intégrés dans notre société  que l’on soit chrétien ou autre.

Actuellement  l’amour est le nouveau commandement

Je suis atterrée par la multitude de commentaires passés et présents qui parlent de l’amour en termes de devoir. Même ceux qui y voient une caractéristique humaine naturelle. Si l’amour est naturel, pourquoi tant d’acharnement à nous l’imposer ? Incohérence dans la société civile de ses derniers siècles,

comme le révèle Elisabeth Badinter : « On proclame l’instinct maternel comme une évidence et dans le même temps on se répand en exhortations aux devoirs d’amour de la bonne mère, sans voir la contradiction »

Si aimer est un devoir, une obligation est-ce que comme moi vous ressentez une pression en vous ?

Une piste possible : quand nous nous efforçons d’obliger autrui à aimer, n’est ce pas que nous nous l’imposons à nous-mêmes, précisément parce que nous n’y parvenons pas ?

Je pense qu’il serait tellement plus fructueux de se dire « j’ai la liberté de ne pas aimer » En effet la pression cesse tout à coup et nous pouvons alors questionner notre désir

Est-ce que, au fond de mon fond, j’ai envie d’aimer cette personne ?

ou encore

Est-ce que j’ai envie de l’aimer d’une autre manière ?

Si la réponse est négative, elle aura au moins le mérite d’être vraie!

Pour ma part, selon mes expériences,   dans ce cas, contre toute attente, le souffle de vie (d’amour en nous) se met à travailler un tel aveu, comme une pâte inerte dont le levain nous ’échappe.

Le simple fait de reconnaitre qu’au départ on n’avait  pas envie d’aimer la personne en question, apaise tous les tourments intérieurs et permet de poser les bonnes actions!

Le sommet de l’incohérence est atteint avec le raisonnement récurrent que voici

« Dieu vous aime gratuitement, sans que vous le méritiez le moins du monde, donc vous devez l’aimer en retour »  il l’exige !?

Mais si l’amour qui ne pose aucune condition exige quelque chose, alors il n’est plus inconditionnel!

Un tel raisonnement ne me mobilise en rien ! Mon expérience est autre : quand je sens l’amour s’approcher, se frayer un passage , faire sa demeure en moi, les vannes s’ouvrent et je découvre mes réserves d’amour ; je me trouve pour ainsi dire portée vers les vivants, tous les vivants sur terre et au ciel, en même temps que j’aime être moi-même. Alors à ce moment s’ébauche en moi ce qui ressemble à un amour désintéressé.

L’exigence d’aimer ! voie idéaliste écrasante  et impraticable sans dualité intérieure

 

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *