Une relation ne se réfléchit pas, elle se vit

La connaissance de soi

« La connaissance de soi ne s’acquiert pas dans les livres et ne résulte pas d’une pratique et d’une discipline longues et pénibles. Elle est la conscience de toutes pensées et de tous les sentiments de toutes les sensations, au moment ou ils se manifestent dans la relation« 

Pourquoi se connaitre soi même ?

Observer notre propre processus psychologique ne peut se faire que dans la relation, c’est là que tout ce joue. Dans les rencontres de dialogue visant la connaissance de soi, la proposition est d’être ensemble en état d’observation, sans justification, ni condamnation, de ses pensées; simplement conscient de ses croyances, ses idéaux, ses expériences, ses désirs, ses peurs, ses réactions… c’est dans cet espace temps, qu’il est proposé de partager ensemble cet état d’esprit tout au long de la rencontre, tant dans les moments de dialogues organisés, qu’à d’autres moments (balades, sophrologie, yoga, film…)

Observer nos processus et questionner avec d’autres personnes sont des attitudes socialement inhabituelles, qui nécessitent de lâcher nos conditionnement à défendre nos idées, à nous rallier ou nous opposer aux uns et aux autres et à présenter une bonne image de soi. Il s’agit au contraire de se donner le temps et l’espace pour observer.

C’est ce qui est observé ensemble, dans la relation, lors du dialogue qui guide le questionnement, dans un état d’attention, d’écoute et d’observation, tant à l’extérieur, de ce qui est dit par l’autre, qu’à l’intérieur, de ce qui réagit en soi. C’est seulement ainsi, que nous pouvons découvrir petit à petit les réactions qui sont nôtres. « Je me découvre et je rencontre l’autre, en observant simplement mes réactions en situation de relation ».

Se connaitre soi même, permet un éclairage avec lequel nous pouvons développer notre conscience pour aller au delà du concept de « devenir soi » et vivre pleinement sans cette épée de Damoclès au dessus de la tête !

Je me souviens, d’un jour ou un de mes mentors m’avait dit : « soi toi même »! à cette époque je ne comprenais pas ce qu’elle voulait dire par là, Pendant très longtemps je me suis demandé ce que cela voulait dire, cette injonction de « devenir soi  » !

Mais que signifie, en réalité « devenir soi  » ? Ne sommes nous pas déjà assez encombrés de nous mêmes pour chercher encore une passion secrète avec ce personnage fictif que l’on s’applique à connaitre ou n’est-ce pas une variante du ‘est-ce que tu m’aimes? A défaut de ne pas exister pour autrui, il faudra bien qu’on se reconnaisse soi même … Enclin au doute et à la fragilité, valeurs de nos jours dites négatives, nous nous voyons proposés enseignements, cours séminaires de rééducation de soi. L’analyse même si prête, elle qui dans des temps ou elle avait plus de gloire, refusait d’aider à construire artificiellement du narcissisme, jugeant que nous en étions globalement bien pourvus, et ceux qui se plaignent du peu d’assurance qu’ils ont de mêmes plus que des autres.

Toutes les expériences fondatrices de notre être, y compris et surtout peut être la joie, ne sont pas contenues dans les frontières de que nous nommons « soi même » elles font coexister des états du monde et des perceptions subjectives, mais aussi des morceaux de corps, d’images de représentations, d’affects. Et tout cela se créé grâce à la relation… sans relation ….pas de soi ! Seule la relation nous donne accès à la connaissance de soi. Seule la relation peut nous libérer de ce qui nous encombre, seule la relation nous permet d’aimer et d’être aimée. Le reste n’est qu’artificice virtuel, fantasme, enfermement !

Une relation ne se réfléchit pas, elle se vit !

NOUS NE POUVONS RÉFLÉCHIR QU’AUX SOUVENIRS DE NOS RELATIONS QUE NOUS AVONS GARDE EN MÉMOIRE, DANS CE CAS NOUS VIVONS DANS LE PASSE, ET NOUS NE PRENONS PAS LE RISQUE DES RELATIONS BIEN VIVANTES! CELLES QUI NOUS FONT VIBRER AGRÉABLEMENT OU DÉSAGRÉABLEMENT , CELLES QUI SE VIVENT, SE CONSTRUISENT VOIR S’AMÉLIORENT PARFOIS SE DÉTÉRIORENT, ET CELA GRÂCE A CET ENSEMBLE AU PRÉSENT ! C’EST AUSSI PRENDRE LE RISQUE DE LA DÉCEPTION RELATIONNELLE, LIÉE A NOS ATTENTES …

SE CONNAITRE, C’EST NOURRIR LA RELATION … C’est VIVRE LE NOUS ET DONNER MOINS D’IMPORTANCE AU « MOI JE » qui à eux deux forment une relation peu épanouissante et très souvent conflictuelle! 

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *