Les 4 archétypes liés à la survie

En cette époque troublée , un changement dans notre façon de vivre se fait ressentir. Notre mécanisme de survie est très sollicité. Aussi je vous propose de découvrir nos 4 archétypes liés a notre survie pour vous aider a avancer plus sereinement et en conscience des troubles et des ascenseurs émotionnels que beaucoup ressentent. 

LES 4 ARCHÉTYPES DE SURVIE : L’ENFANT, LA VICTIME, LA PROSTITUÉE, LE SABOTEUR

Chaque audios de cet article correspond un les des 4 archétypes. n’hésitez pas partager autour de vous, ces audios peuvent être une aide précieuse pour vos amis.

Si vous souhaitez allez plus loin,  n’hésitez pas à prendre RDV pour connaitre la roue de vos 12 archétypes qui œuvrent dans votre vie.

 

Spread the love

LE BESOIN D’ATTACHEMENT CHEZ L’ENFANT

LE PLUS GRAND DÉSIR DE TOUT ÊTRE HUMAIN EST D’AIMER ET D’ÊTRE AIME. Mais pas n’importe comment !

Nous souhaitons trouver la personne devant laquelle on pourra laisser tomber les masques, celles qui acceptera sa propre vulnérabilité. Et si quelqu’un tente de vous faire croire le contraire, c’est un fieffé menteur !

Pourquoi ce n’est pas si simple …. Parce que votre plus grand désir vous confronte aussi à votre plus grande peur : Celle d’être rejeté, abandonné, dominé, envahi, abusé, blessé, trahi, humilier, puni, incompris …

Selon la blessure que votre enfance et votre sensibilité propre ont exacerbé.

Il est donc très important de comprendre le besoin d’attachement chez l’enfant, car l’enfant est en devenir un adulte et en chaque adulte l’archétype de l’enfant est toujours présent .

 

Une thérapie sur la roue archétypales peut vous permettre de comprendre aussi quel profils amoureux vous avez développé et comment bien vivre votre relation amoureuse sans vous laisser dominer par vos blessures d’enfances

 

 

Spread the love

QU’EST-CE QUE LE CLIVAGE ?

Perversion #06 - Le clivage du moi - LES MINISODES - YouTube

Il s’agit d’un mécanisme de défense, théorisée simplement par Mélanie Klein, psychanalyste austro-anglaise du début du XXème. Pour le nourrisson, le sein de la mère se montre tour à tour bon ou mauvais, selon qu’il satisfait ou frustre le désir du bébé. Le principe nourricier lié à la nourriture, en l’occurrence le sein ou le biberon représentant la mère et son sein est clivé en Bon et Mauvais objet.

Les neurosciences apporte un éclairage nouveau, ce n’est pas qu’une histoire de seins, ni de rapport à la mère, mais cela concerne un contexte plus général, approprié ou non aux besoins de l’enfant, et qui engendre un dérèglement Physiologique.

Ce clivage en Bon et Mauvais objet amène l’adulte à adopter plusieurs mécanismes: « je suis une bonne personne » ou  » je suis une mauvaise personne ». Cela s’appelle de l’introjection

Et il bascule facilement de l’un à l’autre.  Il projette ce fonctionnement à Continuer la lecture

Spread the love

L’amour aujourd’hui: un phénomène social ?

De plus en plus de personnes viennent en consultations avec de nombreuses souffrances liées aux questionnements sur la relation amoureuse , problème de couple, relations sexuelles frustrantes, difficultés sentimentale, partenaires multiples… L’amour aujourd’hui est-il un objet de consommation , un phénomène social ou quelque chose qui nous tombe dessus ? 

Mythe , réalité, morale, désirs, sentiment sexualité, recherche de l’âme sœur, de la flamme jumelle autant de questions existentielles liées à la relation de couple et l’amour

une conférence débat avec  Marie Bergstrom (sociologue), Véronique kohn (Psychotherapeute), Richard Memeteau (philosophe) , apporte leur éclairage sur le sujet qu’est la relation amoureuse, l’amour et le couple aujourd’hui

Spread the love

L’amour pour de vrai, c’est quoi?

Le véritable amour est un choix | Esprit Spiritualité Métaphysiques

L’amour est un sentiment de compassion chaleureuse essentiellement rempli du désir ardent de permettre à l’être aimé, de croître, créer, être nourri et nourrir les autres . Être guéri et guérir les autres, s’éduquer et éduquer les autres. Se protéger et protéger les autres. L’amour c’est aussi de combler ses besoins et de pouvoir faire en sorte de comblerles besoins des autres. L’amour c’est permettre à Continuer la lecture

Spread the love

Retrouver le plaisir de la vraie conversation

L’idée que l’Humanité ait atteint son but ultime lorsque chacun exerce une profession ou en maîtrise le jargon est absurde. Les humains ne sont plus ce qu’ils étaient lorsqu’ils concevaient les métiers comme des corporations ou des sociétés secrètes, ayant chacune le monopole de certains savoirs. La découverte du monde ne fait qu’aiguillonner notre curiosité. Actuellement, ce stimulant vient des médias, plus que de l’Université et du travail. Si nous ne voulons pas être asphyxiés par eux, il nous faut élargir sur le champ de nos conversations.

Un premier sujet de conversation qui pourrait donner des réponses et des idées surprenantes :

Pourquoi certains trouvent-ils plus commode d’écouter les conversations des autres derrière des machines ou encore de parler derrière des machines ?

 

Spread the love

Une relation ne se réfléchit pas, elle se vit

La connaissance de soi

« La connaissance de soi ne s’acquiert pas dans les livres et ne résulte pas d’une pratique et d’une discipline longues et pénibles. Elle est la conscience de toutes pensées et de tous les sentiments de toutes les sensations, au moment ou ils se manifestent dans la relation« 

Pourquoi se connaitre soi même ?

Observer notre propre processus psychologique ne peut se faire que dans la relation, c’est là que tout ce joue. Dans les rencontres de dialogue visant la connaissance de soi, la proposition est d’être ensemble en état d’observation, sans justification, ni condamnation, de ses pensées; simplement conscient de ses croyances, ses idéaux, ses expériences, ses désirs, ses peurs, ses réactions… c’est dans cet espace temps, qu’il est proposé de partager ensemble cet état d’esprit tout au long de la rencontre, tant dans les moments de dialogues organisés, qu’à d’autres moments (balades, sophrologie, yoga, film…)

Continuer la lecture
Spread the love

MEILLEURS VŒUX 2019

Je nous souhaite à toutes et tous de vivre en santé une belle année 2019

Le temps met à notre disposition 365 pages blanches pour construire et expérimenter de belles histoires de vie pour cette nouvelle année.

Avec tous nos meilleurs voeux ……..

Spread the love

DIFFÉRENCES ENTRE ATTACHEMENT ET AMOUR POUR PRÉVENIR LA SOUFFRANCE EN COUPLE

article écrit par Line Bolduc auteure et conférencière à la solution est en vous

Depuis toutes mes années de pratique dans le domaine des relations humaines et dans l’enseignement en lien avec l’aspect affectif, j’ai pu constater qu’il y a beaucoup de confusion dans la définition de l’amour avec l’attachement.

L’attachement est selon mes recherches et perceptions est souvent associé à un mal-être. Il est davantage porteur de souffrance et relié à l’ego, à l’insécurité et à la peur de se retrouver seul. Il donne souvent une fausse impression d’être en amour mais en fait, c’est comme si la personne rencontrée devenait l’objet qui vient remplir un vide. Cela est inconscient tant qu’une démarche d’autonomie affective n’est pas entreprise. C’est le monde des illusions qui s’exprime à son meilleur. De là risquent de naître les relations toxiques.

Il y a tout de même une forme d’attachement sain qui naît de l’amour profond entre deux personnes mais malheureusement, l’attachement qui fait souffrir est souvent mal identifié. C’est pourquoi je vous partage ces quelques pistes de réflexion qui je l’espère, vous aideront à faire la différence à ressentir si vous avez vécu ou vivez l’amour véritable en relation.

  1. L’amour nous amène à ressentir de la plénitude. Il permet l’émergence du respect, de la simplicité et du naturel. Il ne nécessite pas de façade pour séduire à tout prix. Aimer, c’est s’aider mutuellement à grandir en harmonie et avec joie. Le contrôle n’a pas sa place. On veut le bonheur de l’autre sans oublier le nôtre qui est la base fondamentale à respecter.
  1. L’attachement est souvent empreint de manipulation. Il attend que l’autre soit source de bonheur pour soi. C’est comme confier un mandat interminable à quelqu’un. Le hic, c’est que cette personne s’attendra peut-être à la même chose de votre part et le cercle vicieux de la déception s’enclenchera.
    On ne peut donner ce qu’on n’a pas. La peur d’être abandonné et rejeté est aux premières loges. Les blessures se confrontent. La personne s’attache à l’image idéalisée que l’autre pourrait peut-être apporter réconfort, sécurité et plénitude, au lieu de générer cela en elle pour ensuite le partager avec une personne de même niveau.
    Il y a surtout appréciation pour ce qui est apporté et non pour les traits de personnalité en tant que tels. Ceux-ci n’étant pas pleinement compatibles bien souvent en plus. La relation peut rapidement devenir conflictuelle compte tenu de la dépendance affective mutuelle. L’attachement rend dépendant des agissements de l’autre pour avoir du bonheur supposé. La personne s’attache à un idéal anticipé.
  1. L’amour élève, illumine, allège, égaye et nourrit l’être en soi dans toutes les sphères. Il permet d’être soi en toute authenticité. La confiance est présente, tout comme l’écoute et l’empathie. Chacun aide l’autre à transformer ses difficultés en tremplin de bien-être au lieu de critiquer et juger.
  1. L’attachement veut garder emprise sur l’autre. Il dirige, il a peur de perdre et la relation s’asphyxie. Pour savoir si vous vivez de l’amour ou de l’attachement, mesurez votre relation à votre degré de bonheur. Celle-ci vous amène-t-elle du bonheur ou vous sentez-vous à contrecourant encore et encore, vous apportant tristesse et insatisfaction?

Si c’est aussi sombre, comment pouvez-vous appeler cela de l’amour?

Ne serait-ce l’exemple parfait de l’attachement et de la peur de l’inconnu et de la solitude?

  1. L’amour est évolutif et plus durable. Les partenaires prennent plaisir à le nourrir et à en prendre soin comme un trésor. Il favorise l’émergence du cœur d’enfant et du bien-être. Il se construit sur des traits de personnalité communs et compatibles, matures, et non principalement sur une attirance physique, même si celle-ci soit à tenir en compte pour une majorité de gens.
  1. L’amour calme, favorise la plénitude et la compréhension de soi. Être réellement amoureux diminue l’égocentrisme. On construit réellement à deux et on regarde dans la même direction. Ce n’est pas une guerre d’ego, de contrôle ou une série de ressentiments. On se parle librement, on se soutient et on s’aime profondément juste parce qu’on est bien ensemble. On a su se choisir en fonction de nos valeurs profondes qui convergent vers les mêmes idéaux, au lieu d’avoir quelqu’un pour avoir quelqu’un en se fondant sur des critères superficiels. Pour celles et ceux qui vivent ce type de relation, un temps d’arrêt pour mieux se connaître a souvent été un préalable à cette belle réalisation affective. Les deux sont dans l’auto-responsabilisation face à leur bonheur, au lieu de l’attendre surtout de l’autre. En étant à l’écoute de soi, on devient à l’écoute de l’autre naturellement. Chacun peut exprimer librement sa sensibilité, sa vulnérabilité et ses émotions sans se faire juger ou dénigrer.
  1. L’attachement est source de confrontation car il suscite de grandes attentes face aux comportements de l’autre avec votre capacité à atteindre le bonheur. Frustrations et déceptions se pointent alors. Il y a le risque de se sentir exister par la souffrance car c’est malheureusement une programmation limitative que bien des gens portent en eux.

En résumé, l’attachement toxique ne peut fortifier une relation. Toutefois, la forme d’attachement heureux qui est exprimé par le lien affectueux et amoureux est quant à lui source de grands bonheurs.

Besoin d’aide pour y voir plus clair ? ici

 

 

 

Spread the love